Vous êtes ici :

Le moulin de la Rave

Situé à 2 170 mètres en aval du déversoir de Saint-Julien, ce moulin s’est appelé Hardre, Hardy, Hardel, Hardouin, Foulons à draps, etc. Il appartenait au Chapître de Saint-Pierre et paraît avoir été employé longtemps au foulage de draps puis à la meunerie.

Au XIXe siècle, sous la direction de Ferrand-Neveu, puis de Ferrand-Lamotte, une filature de laine s’ajoute à la meunerie. Vers 1823, Ferrand-Massey fait construire une huilerie hydraulique.

En 1843, deux roues font marcher une filature de 1 300 broches, l’huilerie et les trois paires de meules de meunerie.

En 1846, l’huilerie est reprise par Jorry-Delaine et la filature abandonnée. En 1868, une roue fait mouvoir cinq paires de meules et un nettoyeur, une autre commande les quatre presses de l’huilerie.

En 1870, les moulins de la Rave sont acquis par Samuel Marot et se tournent vers la meunerie. L’ancienne construction en bois est remplacée, à partir de 1877, par des bâtiments en pierres et briques.

Moulin de la Rave


Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favoris